Avant l’introduction de la culture de la canne à sucre et de la betterave, le miel était le seul édulcorant disponible pour l’Homme. Pour sa consommation, il a d’abord prélevé le miel dans des ruches naturelles créées par les abeilles sauvages : troncs creux, falaises, constructions humaines, voire à l’air libre sous une branche d’arbre. Il a ensuite organisé l’élevage de colonies d’abeilles à miel (Apis mellifera ou Apis cerana)  dans des ruches artificielles placées à des emplacements permettant la production de différentes variétés de miel, ainsi que la récolte d’autres produits élaborés par les abeilles (pollen, cire, gelée royale, propolis,…).

Cette relation entre les humains et les abeilles est très ancienne : des restes de cire d’abeille vieux de 40 000 ans ont été découverts dans une grotte en Afrique du Sud, Des peintures rupestres montrent également des interactions entre des chasseurs-cueilleurs et des abeilles à cette époque. Plusieurs papyrus égyptiens datant de plus de 4 500 ans en font aussi mention.

En plus de sa consommation comme aliment, il a été utilisé dès l’Antiquité pour embellir la peau et soigner les blessures. À partir du Moyen Âge, il sert à la fabrication du pain d’épices. En médecine, il était alors utilisé comme agent antiseptique pour la guérison des infections et s’avère efficace pour le soin en douceur des verrues, boutons infectieux, furoncles; Le miel de romarin était un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime occidentale au xviiie siècle.

Durant les première et seconde guerres mondiales, on l’utilisait pour accélérer la cicatrisation des plaies des soldats.

Il a également été utilisé pour confire les fruits et les légumes, pour adoucir les mets, pour conserver la viande,..

 

Les premières ruches

La ruche est l’unité de vie construite par l’apiculteur pour accueillir une colonie d’abeilles domestiquées. Il s’agissait autrefois d’une structure tressée ou creusée dans un tronc mort. Aujourd’hui, il s’agit généralement d’une caisse de bois comportant à l’intérieur des rayons formés par des cellules hexagonales de cire d’abeille. Les abeilles utilisent ces cellules pour le stockage du miel et du pollen et pour le renouvellement de la population (œufs, larves et nymphes).

Les ruches traditionnelles

Les premières ruches étaient constituées d’un volume simple, par exemple une section d’arbre creux, un panier-cloche en paille ou en osier. Il n’y a pas de structure à l’intérieur d’une ruche traditionnelle, les abeilles remplissent leur ruche de miel, déposé dans des alvéoles de cire, fortement liées aux parois. On extrayait en général le miel de ces ruches par pressage ou tapotage, ce qui écrasait les alvéoles de cire. La récolte impliquait donc la destruction de la colonie.

Les ruches modernes

Au XIXe siècle, sont apparues les premières ruches modernes qui se caractérisent par l’adoption de cadres amovibles, de dimensions précises et standardisées. Ces cadres permettent d’intervenir dans la ruche sans la détruire. Les rayons construits par les abeilles peuvent être facilement extraits et remis en place. Ils sont bâtis dans les cadres, ou suspendus à des barres ou barrettes sur lesquelles l’apiculteur a placé des amorces de rayons.

La feuille gaufrée et l’extracteur centrifuge furent également mise au point au XIXe siècle, facilitant ainsi grandement le travail de l’apiculture.

 

 

Les ruches a travers le monde

Ruches en afrique
Ruches en afrique
Ruches en éthiopie
Ruches en éthiopie
Ruches dans les cévennes
Ruches dans les cévennes
Ruches en chine
Ruches en chine
Ruches en allemagne
Ruches en allemagne
rucher collectif en Algérie
rucher collectif en Algérie
Print Friendly, PDF & Email